Coaching professionnel

Après avoir enseigné et donné des conférences pendant plus de 20 ans à des auditoires variés, notamment sur des sujets qui concernent la philosophie politique ou la philosophie de l’économie, j'ai été amené à rencontrer de plus en plus de personnes qui éprouvent des difficultés dans leur travail.

Parfois ce sont des difficultés passagères, liées à une période de surmenage ou de stress. Plus souvent, ce sont des difficultés relationnelles vécues avec les collègues ou la hiérarchie. Mais la plupart du temps, ces difficultés s'enracinent dans des interrogations plus profondes, qui concernent le sens même du travail ou de la vie en entreprise. Voire les finalités d’un système économique et financier auquel nous participons et qui, dans le contexte des grands défis de notre époque, ne manque pas de poser de vraies questions éthiques, sociales, écologiques, ou tout simplement humaines.

Face à ces difficultés de la vie professionnelle, la tentation est grande de ne plus considérer le travail que comme un gagne-pain. Une sorte de mal nécessaire ! La vraie vie, pense-t-on, est en dehors du travail. Elle commence dans les salles de sport en fin de journée ou dans nos activités de famille, de loisirs, de vacances. Comme si nous entrions en apnée 5 jours par semaine – la plus grande partie de notre temps – pour gagner les moyens de vivre réellement… en dehors du boulot !

A l’inverse, d’autres sont passionnés par leur travail, mais à tel point qu'il occupe tout leur temps et finisse par menacer l’équilibre de la vie sociale ou familiale.

Comment dès lors trouver un travail qui nous convienne vraiment et dans lequel pouvoir donner le meilleur de soi ?

Répondre à cette question paraît parfois tellement utopique que l'on est tenté de se résigner. Et on se dit que dans le monde d’aujourd’hui, un tel espoir n'est plus possible.

Pourtant ne gardons-nous pas en nous le désir d’une vie pleine et riche de sens, dans laquelle nous engager avec passion ? N’avons-nous pas le désir de nous engager dans une vie personnelle, familiale et professionnelle qui nous permette de réaliser ce pour quoi nous nous sommes faits ? N’avons-nous pas le désir d’apporter autour de nous une contribution unique et positive, la nôtre ?

"Choisis un travail que tu aimes, et tu n'auras pas à travailler un seul jour de ta vie", disait Confucius.

Oui, mais comment faire ? Comment trouver cette voie qui nous est propre ? Comment trouver l’harmonie entre les différentes dimensions de nos vies ? Comment connaître une vie professionnelle authentiquement épanouissante ?

C’est pour répondre à ces questions que je développe un coaching professionnel et d'entreprise qui intègre une dimension philosophique.

Car la philosophie permet d’aller au bout des questions que chacun porte, que ce soit à titre personnel ou au sein d'une entreprise ou d'une organisation. Ma conviction est donc qu'il est possible de trouver réponse à toutes ces questions, mais à conditions d'aller en profondeur. En d'autres termes, pour aller plus loin et plus haut, il faut d’abord aller plus en profondeur. Telle est la signification du mot Altium, qui signifie à la fois « plus haut » et « plus profond ».

Le projet de ce blog vise donc à réfléchir à toutes ces questions. N’hésitez pas à réagir, en commentant les différents articles ou en proposant des thèmes que vous aimeriez voir abordés.

Xavier MULLER

Xavier MULLER - Philosophe - Coach professionnel

Je suis professeur de philosophie et master coach professionnel certifié (Institut de Coaching International).

Je publie sur ce blog des conseils et réflexions pour encourager à être plus heureux en donnant plus de sens à sa vie personnelle et professionnelle.

Je crois dans la valeur du travail et je pense que tout être humain peut donner à ses activités une densité qui apporte un surcroît de fécondité à sa vie.

Je crois aussi que beaucoup d'entreprises gagneraient énormément à prendre davantage en compte l'importance de donner du sens au travail de leurs équipes.

ALTIUM

Altium est un dérivé du latin altius qui signifie à la fois plus haut et plus profond.

On le retrouve dans la devise olympique : "Altius, Citius, Fortius - Plus haut, plus vite, plus fort". Une belle devise au service d'un bel idéal : une invitation à donner le meilleur de soi !

Mais faut-il vouloir aller toujours plus haut? Faut-il en vouloir toujours plus? Le modèle de la croissance rencontre aujourd'hui de telles limites que l'on est plutôt tentés de rechercher la décroissance, le calme, le repos.

En réalité, tous les progrès ne se valent pas, pas plus que toutes les décroissances. Il ne s'agit donc pas de renoncer au progrès, car où la vie puisera-t-elle son dynamisme si elle ne veut plus croître ? Mais il importe de discerner où sont les véritables progrès, ceux qui élèvent l'homme et l'humanité, et ceux qui ne sont que course vaine vers ce qui épuise mais ne rassasie pas.

Ce discernement, tous ceux qui veulent aller plus haut sont appelés à le réaliser. Comment ? En allant plus en profondeur. A l'image d'un building dont la profondeur des fondations doit être proportionnelle à la hauteur du bâti, la seule façon authentique d'aller haut, c'est d'aller d'abord en profondeur. Ce qu'exprimait Voltaire à sa façon : "Pour s'élever, il faut d'abord descendre en soi".

Altium : "Si tu veux aller plus haut, gagne en profondeur !"